Chômage des jeunes en Serbie : un risque géographiquement inégal

Map Youth Unemployment Serbia

Le Courrier des Balkans, le 30 janvier, a publié la traduction d’un article de la revue de critique sociale Mašina (éditée en Serbie). Cet article rend compte de la recrudescence des formes de travail non-rémunéré en Serbie. Ces contrats, qu’il s’agisse de stages ou de « volontariat » (dans des Organisations non-gouvernementales, des services publics ou même des entreprises) fleurissent du fait de l’important chômage qui touche les jeunes du pays. L’article en fait une interprétation politique : le « volontariat » est le produit des réformes économiques néo-libérales qui justifie le désengagement de l’Etat et détruit l’esprit de révolte des jeunes.

L’article souligne que 51% des chômeurs sont des jeunes de moins de 30 ans. Mais ces chiffres cachent une diversité de situations au sein du pays, diversité que pointe la carte ci-dessus. En 2011, le chômage des jeunes de 15 à 29 ans touchait selon les municipalités de 13,5% à Crna Trava (petite commune du sud-est de la Serbie située dans l’oblast de Jablanica) à 62,67%  à Vladičin Han (oblast de Pčinja). D’une manière générale, la carte montre que les régions les plus touchées se trouvent au sud du pays (vallée de Preševo, Raška) où l’on trouve de fortes minorités non-serbes (Albanais, Bosniaques), ainsi qu’à l’est du pays dans le Timok et le Banat. Il s’agit des régions les plus rurales et les moins accessibles.

Les grandes villes souffrent aussi du phénomène mais avec une intensité plus faible, généralement sous la moyenne des 35,17% : Novi Beograd 25,19 ; Novi Sad 29,2 ; Palilula 27,58 ; Zemun 29. Les villes moyennes sont plus dépendantes de leur position dans le pays.

Source : http://balkans.courriers.info/article26486.html