Sutorina : ultime controverse frontalière entre la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro

Map Sutorina Bosnia Montenegro

Les médias balkaniques ont repris en janvier une controverse qui oppose deux anciens Etats de la Fédération yougoslave. Alors que la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro se sont entendus pour signer un accord sur le tracé de leur frontière commune, une petite portion du territoire monténégrin reste revendiquée par Sarajevo : Sutorina (sur la commune d’Herceg Novi).

Il s’agit d’un espace de 83 km2 qui compte 1600 habitants. Ce territoire qui aurait été donné au XVIIIe siècle à la Bosnie par Dubrovnik pour éviter de partager une frontière commune avec la République de Venise, a été cédé en 1947 au Monténégro dans le cadre de la Fédération yougoslave. Le conflit diplomatique enfle alors que doit être signé l’accord frontalier bilatéral et Sarajevo a décidé de nommer un comité d’experts pour définir sa position.

L’intérêt pour la Bosnie-Herzégovine ? Comme le montre la carte ci-dessus, Sutorina constituerait pour le pays une second ouverture sur la mer Adriatique (7km de côte) venant s’ajouter à celle existant déjà à Neum.

Source : http://balkans.courriers.info/article26425.html

Monuments à l’antifascisme : patrimonialisation ou oubli ?

Map Spomenik Yugoslavia

Un diaporama publié récemment par « Liberation.fr » regroupait plusieurs des monuments aux partisans construits en Yougoslavie au temps du socialisme triomphant. Ce diaporama venait rappeler comment  le régime titiste a utilisé à des fins de légitimation de son pouvoir le béton armé, le métal et la créativité de ses sculpteurs. Ces œuvres impressionnent aujourd’hui les touristes de passage et parfois continuent de constituer des lieux de rassemblement, mais elles ont perdu l’aura qui les entourait.

Entre 2006 et 2009, un photographe, Jan Kempenaers a parcouru l’ex-Yougoslavie et réalisé une série de photographies des plus monumentales de ces sculptures. La carte jointe reprend pour partie les profils qui émergent de ces clichés et montre leur répartition. La collection n’est évidemment pas exhaustive : bien d’autres monuments existent souvent de plus petite facture. Mais elle dessine les contours des territoires qui furent les plus marqués par la Seconde Guerre mondiale, notamment au par la présence de maquis de partisans (les monuments de grande taille sont souvent placés au milieu de massifs forestiers et/ou montagneux en souvenir des lieux d’organisation des partisans communistes).

Ces monuments posent aujourd’hui des enjeux de mémoire considérables en Croatie notamment. Les élites politiques croates qui ont fondé l’indépendance de leurs pays dans les années 1990 sur le rejet de l’héritage socialiste, commencent à voir dans ces œuvres d’art des éléments de patrimoine qu’il est nécessaire de conserver. Si l’action du temps est lente sur ces structures de béton, la guerre les a souvent endommagé (à Kamenska par exemple où l’Armée Yougoslave a fait exploser l’objet après avoir subtilisé les plaques de métal dont il était constitué) et certaines pourraient bientôt constituer une menace pour la sécurité des promeneurs. C’est pourquoi des voix commencent à se faire entendre pour œuvrer à leur protection.

Sources/liens :
http://www.liberation.fr/photographie/2014/11/28/la-yougoslavie-memoire-du-socialisme-monumental_1152153
http://www.jankempenaers.info/works/1/
http://www.h-alter.org/vijesti/tragican-kraj-antifasistickih-spomenika-fotogalerija

spomenikV2-02

L’élection présidentielle en Croatie

Map Results Croatian Presidential Election 2014

La Croatie élisait son président les 28 décembre 2014 et 11 janvier 2015. La candidate de droite nationaliste Kolinda Grabar Kitarovic (HDZ – Union Démocratique Croate) a gagné face au président sortant Ivo Josipovic (SDP – sociaux démocrates). Cette victoire marque le retour au pouvoir du HDZ, parti de l’ancien président Franjo Tudjman au niveau national, après ses deux défaites présidentielle (2010) et législative (2011) face à la coalition menée par le parti social-démocrate. Liberation.fr reprenant une dépêche AFP souligne l’importance des enjeux économiques qui ont pesé sur ce scrutin, de nombreux électeurs reprochant « le manque de fermeté de M. Josipovic face à l’incapacité de son gouvernement à redresser l’économie. »
Source : http://www.liberation.fr/monde/2015/01/11/la-croatie-en-crise-economique-elit-son-president_1178201

La carte proposée montre les résultats du second tour par municipalité. Le SDP (teinte rouge) recule mais conserve ses positions fortes dans le Medjimurje (au nord du pays), en Istrie (du fait de la participation du parti régionaliste istrien à la coalition de centre gauche), dans les grandes villes (Zagreb, Rijeka, Dubrovnik) et dans les communes à peuplement majoritaire serbe (autour d’Osijek notamment). Le HDZ (teinte bleue) est fortement majoritaire dans les bastions nationalistes des départements de Lika-Senj, de Zadar et de Split-Dalmatie.
La carte témoigne d’importants écarts à l’échelon communal dans le partage entre les deux candidats.

PostYougoCarto

Ce carnet porte sur les transformations politiques, économiques et sociales des espaces post-yougoslaves (entendus comme l’ensemble des sept pays issus du démantèlement de la Yougoslavie). L’ambition du carnet est de fournir un éclairage géographique d’ évènements qui affectent cette partie de l’Europe du Sud-Est en s’appuyant sur un travail cartographique.