Circulations migratoires dans l’Europe du sud-est : la crise d’un modèle

TerritoireCirculatoiretransitoireNB-V5

La « crise migratoire » à laquelle l’Europe fait face en 2015 a pris une ampleur considérable à la suite de l’exode massif de populations syriennes. Cependant elle s’ancre dans des choix politiques et sociaux qui, depuis les années 1990, ont érigé des murs administratifs et symboliques à l’entrée dans l’Union européenne (et ce avant même que la Hongrie ne construise une clôture physique). Ce billet n’a pas la prétention de revenir sur le rôle de « sas » ou d’ « antichambre » qui est laissé au pays du sud-est de l’Europe dans la gestion des flux d’exilés. Des journalistes (nombreux) et des universitaires (moins nombreux) ont parcouru, cet été, les routes empruntées par ces populations venant de Syrie, d’Irak, du Pakistan, d’Afghanistan ou d’Érythrée.

La carte présentée ici fournit un instantané de la situation migratoire et d’asile en Serbie en 2012, elle est tirée d’un mémoire de master1 et a été reprise (avec quelques modifications) dans un article publié en 2015 dans la revue Géocarrefour portant sur l’européanisation des politiques migratoires et d’asile en Serbie. Que montre-t-elle ?

D’une part, elle fournit schématiquement un aperçu des espaces dans lesquels circulent des exilés qui se trouvent bloqués, dans un pays, à proximité d’une frontière Schengen. Les flèches figurent les déplacements que les circonstances imposent aux exilés qui sont amenés à tenter plusieurs fois leur entrée en Hongrie. En 2012, les exilés en questions étaient principalement Afghans et Pakistanais, ils sont aujourd’hui Syriens, Irakiens ou Érythréens. Après un séjour d’une durée variable, ceux que nous avions pu rencontrer avaient choisi la voie terrestre et le passage par la Serbie, s’étaient arrêtés quelques nuits dans le village de Lojane (à proximité du tri-point frontalier Macédoine – Serbie – Kosovo), et se dirigeaient vers Subotica mais la plupart voyaient leur parcours hachés par des reconduites en Macédoine, une demande d’asile incertaine ou un passage par le centre de rétention de Padinska Skela (près de Belgrade). Ainsi, c’est parfois après plusieurs centaines de kilomètres en Serbie que les exilés rencontrés parvenaient à passer la frontière hongroise. Le jeu complexe de ces circulations fait apparaître des lieux centraux où s’organisent le repos des exilés et d’intenses échanges d’informations.

D’autre part, cette carte montre que l’inadaptation de l’Europe de Schengen comme construction institutionnelle n’est pas un phénomène nouveau. Dès la fin des années 2000, les structures de prise en charge des migrants et demandeurs d’asile en Serbie sont dépassées par la tâche que leur imposent l’extension de l’espace Schengen à l’Europe centrale et le renforcement de l’externalisation des politiques migratoires européennes. Les centres d’accueil représentés sur la carte sont pleins alors qu’à peine 20 000 personnes par an traversent alors le pays. La création de listes de « pays sûrs » qui s’imposent progressivement au sein de l’Union et à ses marges autorise la délégation de la gestion d’une politique de containment à des pays d’autant plus enclins à y participer qu’ils sont engagés dans le processus d’adhésion à l’Union (comme c’est le cas de la Serbie).

Les questions politiques posées par l’afflux récent de réfugiés du Proche-Orient ne se résoudront pas avec la fin de la guerre en Irak et en Syrie. L’afflux d’exilés que l’on observe aujourd’hui rend simplement ces questions plus pressantes : comment faire l’élargissement européen à l’Europe du sud-est sans ignorer les défis propres à la situation périphérique des États à intégrer ? Comment accompagner des circulations internationales de plus en plus intenses en garantissant des droits aux personnes en mouvement ?

  1. Corbineau, Clément, 2012, Les espaces sous contraintes des migrants internationaux en Serbie : Urbanité hors norme et gouvernement de la mobilité, réalisé sous la direction de Serge Weber, Université Paris-Est Créteil []

Liberland, un nouveau micro-Etat entre Croatie et Serbie

Liberland_Carte

Le 13 avril dernier, un nouveau micro-Etat a vu le jour en Europe du Sud-Est : le Liberland. Vít Jedlička un activiste tchèque et quelques camarades à tendance libertarienne se sont installés sur une portion de terre de 7 km² entre Croatie et Serbie. Cet Etat dont les dirigeants revendiquent un gouvernement minimaliste dispose déjà d’un drapeau, d’une devise et d’un projet de constitution.

Ce geste politique qui pourrait s’installer durablement dans le paysage régional a été rendu possible par le conflit irrésolu entre Serbie et Croatie sur la définition de leur frontière danubienne (entre Bačka serbe et Baranja croate). En effet, comme le montre cette carte, les deux Etats ne reconnaissent pas le même tracé frontalier. A l’origine de ce conflit, le changement de lit majeur du Danube au cours du XXe siècle. En effet, avant que d’importants travaux ne soient engagés pour construire un lit majeur court et navigable pour le fleuve celui-ci se déployait en de multiples bras plus à l’Est. La Croatie reste attachée à une définition de facto de la frontière par le cadastre qui fait référence à l’ancien lit. La Serbie quant à elle place la frontière sur l’actuel lit majeur du Danube. Klemenčić et Schofield (2001) dans un rapport portant sur cette portion de frontière expliquent que ce conflit était resté endormi durant toute la période yougoslavecar il s’agissait alors d’une frontière interne sans population ni ressource. Ils relèvent par ailleurs, l’opportunisme de chacun des deux Etats dans le choix de sa définition. En effet, la portion des espaces contestés se trouve être 10 fois plus étendue sur la rive gauche du Danube que sur la rive droite.

C’est sur la rive droite justement que l’on trouve ces quelques espaces revendiqués ni par la Serbie (car sur la rive droite), ni par la Croatie (car ne correspondant pas aux anciennes délimitations cadastrales des municipalités). Sur la plus grande de ces portions de terra nullius (non-revendiquée), Le Liberland a vu le jour.

Le geste a pris une ampleur considérable. Des dizaines de médias ont rendu compte de l’initiative et ont invité le fondateur à s’exprimer. Plusieurs dizaines de milliers de demandes de citoyenneté ont été enregistrées. Les réseaux sociaux lui ont donné un retentissement mondial lui donnant ainsi une existence de fait. Reste à savoir comment vont réagir les Etat voisins qui pour le moment hésite à prendre l’initiative au sérieux.

——————-

On 13. April 2015, a new micro-state emerged in south-eastern Europe : Liberland. Vít Jedlička a Czech libertarian activist and few comrades created this new country on a 7 sq.km of land between Croatia and Serbia. This State whose leader claim minimal ruling has already its flag, motto and constitutional project.

The political gesture was made possible by the unsolved conflict between Serbia and Croatia on the definition of the border along the Danube (between Serbian Bačka and Croatian Baranja) Indeed, as the map is displaying it, the two states don’t recognize the same border line. At the rute of the conflict, the change inflicted to the floodplain during the XXth century. Croatia claims the old location of the Danube as a border which is reflected in the old cadastre and includes pieces of land on the left bank of the river. Serbia claims the new location of the Danube as the official border (natural border). Klemenčić and Schofield (2001) in a report on this border portion explain that the conflict was on mute during the Yugoslav period because it was an internal border without population and resources. They also show the opportunism of each countries in its choice : the potentially contested areas are 10 times larger on the left bank than on the right bank of the river.

It is actually on the right bank that Liberland was founded where neither Serbia (it is on the right bank), nor Croatia (it doesn’t fit the old cadastral delineation) claim the land.

The move had significant impact. Dozens of media (regional and international) mentioned the initiative and invited the founder to react on it. Thousands of citizenship requests were received, and social networks gave a worldwide stir to the action making it exist de facto. The pending question is : how will neighbouring countries react? For now they hesitate to take the initiative into consideration.

Sources:

http://balkanist.net/welcome-to-liberland-europes-newest-micro-state/

http://www.courrierdesbalkans.fr/articles/liberland-un-nouvel-etat-est-ne-a-la-frontiere-serbo-croate.html

Les dettes privées des ménages urbains croates : vers l’effacement de l’ardoise des plus pauvres

Carte5_Endettement-01La presse française et étrangère se faisait l’écho au début du mois de février d’une mesure choc prise par le gouvernement social-démocrate croate. Celui-ci a décidé de faire supporter aux banques la dette de 60000 ménages « surendettés » (blokirani : dont le compte bancaire est bloqué).

Cette mesure intervient dans un contexte monétaire international tendu. En effet de nombreux Croates qui avaient contracté des prêts en francs suisses ont vu leurs échéances exploser du fait de la hausse brutale du cours du franc (la Banque nationale suisse a annoncé le 19 janvier la fin de ses mesures de rachat de devises étrangères qui comprimait le cours de la monnaie nationale). Ces prêts en francs suisses sont en effet souscrits à des taux plus avantageux, les créanciers se prémunissant contre une baisse rapide du cours de la monnaie nationale (la kuna – HRK)

Mais cette mesure intervient aussi dans un contexte d’affaiblissement du pouvoir social-démocrate. L’élection à la présidence de la République de la candidate conservatrice Kolinda Grabar-Kitarovic (HDZ) le 11 janvier (voir Billet du 22/01) a constitué un signal d’alarme pour le Premier Ministre Zoran Milanovic (SDP) qui craint que la coalition dirigée par son parti n’aborde les élections législatives de l’hiver prochain avec une perte de confiance. Par ailleurs, le succès en Grèce du mouvement Syriza d’Alexis Tsipras a ouvert le débat sur la légitimité des dettes artificiellement gonflées par des taux d’intérêt élevés ou par des contextes internationaux particuliers.

La carte ci-dessus montre la répartition des débiteurs urbains et leur poids dans les 25 villes les plus touchées par les blocages de comptes bancaires. Rapportée à la population en âge de travailler, la couleur des cercles exprime un facteur local d’inertie économique : les personnes « bloquées » et enfermées dans la spirale de l’endettement survivent en limitant leur consommation et leur accès à de nouvelles opportunités d’emploi. La carte montre l’importance du phénomène en Croatie centrale, autour de Zagreb où les taux d’endettement dépasse souvent les 13%.

Sources :

http://balkans.courriers.info/article26537.html

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/02/02/la-croatie-efface-les-dettes-de-60-000-personnes_4568074_3214.html

Chômage des jeunes en Serbie : un risque géographiquement inégal

CarteChomageSerbie_brouillon-01

Le Courrier des Balkans, le 30 janvier, a publié la traduction d’un article de la revue de critique sociale Mašina (éditée en Serbie). Cet article rend compte de la recrudescence des formes de travail non-rémunéré en Serbie. Ces contrats, qu’il s’agisse de stages ou de « volontariat » (dans des Organisations non-gouvernementales, des services publics ou même des entreprises) fleurissent du fait de l’important chômage qui touche les jeunes du pays. L’article en fait une interprétation politique : le « volontariat » est le produit des réformes économiques néo-libérales qui justifie le désengagement de l’Etat et détruit l’esprit de révolte des jeunes.

L’article souligne que 51% des chômeurs sont des jeunes de moins de 30 ans. Mais ces chiffres cachent une diversité de situations au sein du pays, diversité que pointe la carte ci-dessus. En 2011, le chômage des jeunes de 15 à 29 ans touchait selon les municipalités de 13,5% à Crna Trava (petite commune du sud-est de la Serbie située dans l’oblast de Jablanica) à 62,67%  à Vladičin Han (oblast de Pčinja). D’une manière générale, la carte montre que les régions les plus touchées se trouvent au sud du pays (vallée de Preševo, Raška) où l’on trouve de fortes minorités non-serbes (Albanais, Bosniaques), ainsi qu’à l’est du pays dans le Timok et le Banat. Il s’agit des régions les plus rurales et les moins accessibles.

Les grandes villes souffrent aussi du phénomène mais avec une intensité plus faible, généralement sous la moyenne des 35,17% : Novi Beograd 25,19 ; Novi Sad 29,2 ; Palilula 27,58 ; Zemun 29. Les villes moyennes sont plus dépendantes de leur position dans le pays.

Source : http://balkans.courriers.info/article26486.html